Ready Player One, le livre de la génération X

Quand j’étais petit, il y a fort longtemps, je voulais être astronaute. J’ai vite compris que je n’avais ni le talent, ni l’intelligence pour aller dans l’espace! J’ai également toujours voulu écrire, mais là encore, la vie ne pas pourvu de cette habileté. En fait, je ne suis pas venu au monde avec un talent particulier mais bien avec plusieurs que j’ai développé tout au long de ma vie. Je n’étais pas prédestiné à devenir technicien en documentation, mais j’ai vite compris que les livres allaient me donner les outils nécessaires pour faire de mes petits talents la base de ma carrière!
Je suis un enfant des années 80, un pur produit de la génération X. J’ai vécu ces années avec passion et évermeillement. J’en suis encore amoureux d’ailleurs! Amoureux de la musique, des films, des jeux, bref de tout. Ces années qui ont vu l’explosion de la technologie sont, à mon avis, les racines de la culture geek. Aujourd’hui, plus que jamais, les années 80 sont présentes dans les films, les jeux, les séries, les romans, les BD et j’en passe. Les jeunes d’aujourd’hui s’intéressent de plus en plus à ces années bénies.
En 2011, un type, comme moi, à publié un livre du nom de Ready Player One. Deux ans plus tard, soit en 2013, le livre fût traduit en français. J’avais entendu parler de ce livre. La critique en disait le plus grand bien. On parlait d’un livre culte, d’un hommage grandiose aux années 80. Un livre précurseur qui parlait de la réalité virtuelle comme aucun n’en avait parlé avant. On le qualifia de Saint Graal de la culture geek! Vous pouvez deviner que j’avais hâte de pouvoir mettre la main dessus pour le lire! C’est arrivé en mars 2013. Le 10 pour être précis, je m’en rappelle très bien. Le 11, j’avais dévoré les 400 pages du livre et j’étais sous le choc! Le choc d’avoir un livre qui définit si bien ce qu’est la culture geek. Le choc d’un livre qui a été écrit par un type comme moi, qui a vécu les mêmes années que moi et qui les aime comme moi. Le choc de m’avoir senti tellement absorbé que j’ai eu l’impression que l’auteur était venu jouer dans mes souvenirs d’enfance!
Ernest Cline a écrit le livre d’une génération, ma génération! C’est un condensé de références aux années 80 mit dans un contexte dystopique et futuriste qui démontre précisément ce qu’est une partie de la culture geek d’aujourd’hui. Une culture qui carbure à la nostalgie tout en se tournant vers les technologies de demain. L’histoire tourne autour d’un génial créateur de jeu qui, avec l’aide de son meilleur ami, a créé un système de jeu dans un monde virtuel, l’OASIS. Un monde qui permet à l’humanité de s’échapper de la triste réalité pour se plonger dans un univers virtuel où tout est permis. Ce créateur, asociale, seul et troublé, meurt au tout début de l’histoire. Sans héritier, il laisse son immense fortune à celui qui pourra trouver un œuf de Pâques caché dans l’OASIS. Pour ce faire, il laisse un indice pour trouver trois clés qui pourront ouvrir trois portails qui mèneront à l’oeuf! Ce personnage, qui lui aussi est un enfant des années 80, développa une immense nostalgie pour ces années et son dernier jeu, celui pour trouver l’oeuf, sera teinté de cette nostalgie. Tout y passe, jeux, films, musique, séries télévisées, jouets, etc.
Tous les utilisateurs de l’OASIS vont devenir joueur mais certains, les plus crinqués, vont devenir de vrai geek des années 80! Ils vont étudier tout ce que le créateur a fait, a jouer, a développer, a écouter, a lu lors de sa jeunesse pour essayer de trouver l’oeuf. Chaque chapitre est comme un niveau et plus le niveau monte, plus la course à l’oeuf devient intense. La réalité et le virtuel vont se mélanger et leurs frontières seront de plus en plus reliés. Les joueurs, seront portés à réaliser plusieurs épreuves pour trouver les indices vers l’oeuf et la fortune. Science-fiction, fantasy, horreur, amour, suspense, tous les styles sont présents dans ce roman. Chaque personnage est bien développé et le lecteur peut facilement se retrouver un peu dans chacun! Très descriptif, l’auteur décrit très bien les mondes, tant réel que virtuel.
Je n’ai jamais été capable d’écrire, j’en ai pas le talent comme je le disais plus haut, mais ce livre, j’aurais aimé l’écrire! J’aurais aimé l’écrire parce que c’est une partie de moi qui s’y trouve. C’est une partie de ma personnalité qui est dedans. C’est mes souvenirs qui y sont décrits. Bien que je connaisse aucunement Ernest Cline et que les chances de le rencontrer un jour sont pratiquement inexistantes, j’ai l’impression qu’il est mon ami, mon compagnon de jeux. Lui est le mage, moi je suis le guerrier!
Alors, quand vous irez chercher ce livre à votre librairie ou votre bibliothèque, je sais que vous allez le faire, et que vous commencerez à le lire, trois mots seront à jamais inscrits dans vos souvenirs, Ready Player One?
Player One, Ernest Cline, M. Laffont, 2013, 27.95$