Crinqué de Kessé 4 : Sylvain Bureau, Crinqué de l’Exorciste.

 

 

 

 

Bienvenue à notre chronique Crinqué de Kessé?

Sylvain « The Animator » Bureau reçoit dans le studio du Podcast des Crinqués des passionné(e)s qui nous parlent de ce qui les anime.

Mais pour l’épisode 4, c’est un peu différent. Sylvain deviens l’invité et Martin « Le Visionneur » Boisvert devient l’animateur. On parle de la passion de Sylvain pour « L’Exorciste ».

Bonne écoute!

Épisode 34 – Les Clowns

 

 

 

 

 

 

Salut les crinqués, voici l’épisode 34 consacré aux clowns!

Nous parlons de la place des clowns dans la culture geek et populaire et nous essayons de comprendre pourquoi ils font si peur à plusieurs personnes.

Nous terminons avec ce qui nous allume et nous éteint!

Notre magnifique dessin est une conception de Simon Pothier, merci!

Bonne écoute!

#podcastdescrinques #clowns

Un Comicon c’est plus que des déguisements.

Dans les derniers jours, j’ai eu l’occasion de voir divers articles traitant du Comicon de Québec et la plupart, sinon tous, parlaient des participants déguisés en différents personnages de la culture populaire; ce qu’on appelle le cosplay. Je dois vous admettre que ça me désole un peu parce qu’un Comicon, c’est plus que des déguisements.

À l’origine, un Comicon c’est une convention de comics.  Le premier a été fondé en 1970 par Shel Doft et a eu lieu à San Diego.  L’événement s’est ouvert par la suite à une plus large culture geek et populaire comme le cinéma, les jeux, les mangas, les séries télés et bien entendu le cosplay qui est devenu l’emblème médiatique de ces conventions.

On le sait, la culture geek est de plus en plus populaire.  Maintenant, c’est “cool” d’être geek.  Il fut pourtant une époque où c’était totalement le contraire!  Les conventions ont certainement aidé à démocratiser cette culture mais depuis un certain temps, elle la stigmatise sans le savoir par une couverture médiatique qui s’intéresse seulement au phénomène du cosplay.  En se faisant, on passe souvent sous le silence la raison même de leur création, les comics!  Comprenez-moi bien, je ne suis en rien contre le cosplay, au contraire, je crois que c’est une partie de la culture geek qui est extraordinaire et qui démontre très bien la grande passion des gens qui pratiquent cet art.  Car oui, le cosplay, c’est un art.  Cela demande un énorme travail de recherche et de conception pour bien personnifier ces personnages.  Il serait intéressant de bien comprendre le pourquoi du besoin de ces personnifications au lieu d’en faire de belles photos vides de sens mais qui sont tellement jolies et spectaculaires pour parler une fois par année du Comicon.  Le cosplay, comme la culture geek, ce n’est pas seulement des déguisements!

La culture geek, c’est vaste.  Elle est un amalgame de plusieurs passions mises ensemble pour créer un collectif qui regroupe des gens passionnés.  Une convention comme le Comicon sert à mettre en l’avant plan ces passions et les partager à monsieur et madame tout le monde.  Les médias, en mettant l’emphase que sur le cosplay, passent à côté même de la mission du Comicon.  En ne parlant pas des artistes, des bédéistes, des auteurs, et j’en passe, c’est tout un pan de la culture qui est laissé dans l’ombre des cosplayers.  Cela a pour effet, dans la population en général, de réduire la culture geek à seulement des déguisements.

En tant que geek, nous avons un devoir de rectifier le tir et de bien expliquer ce qu’est la culture geek et à quoi sert un Comicon.  Si nous voulons que cette culture, qui est la nôtre, continue de s’épanouir et s’ouvrir sur le monde, nous devons en parler, la présenter, la publiciser.  Pas seulement l’une de ses facettes mais bien l’ensemble qui fait que cette culture soit si passionnante et populaire!

Marc “The Paper Man” Gagnon, podcasteur

Podcast des Crinqués

Les sorties BD que Paper Man vous conseille.

Salut les crinqués, voici les sorties BD pour les mois de septembre, d’octobre, novembre et décembre que Paper Man vous conseille!

 

 

 

Se préparer à Blade Runner 2049

 

 

 

 

 

Pour bien se préparer à la sortie de la suite du film qui a révolutionné le cinéma, voici une liste de devoirs à faire avant la sortie du film de Denis Villeneuve qui aura lieu le 6 octobre prochain.

  1. Lire le livre « Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques? » de Philip K. Dick.  Pourquoi?  Pour bien se mettre dans cette ambiance lourde et oppressante du futur mise à l’écran par Ridley Scott en 1982.  Pour bien comprendre le questionnement éthique sur ce qui fait de nous des humains.
  2. Voir le film de 1982!  Mais la dernière version qui est sortie en 2007 qui se nomme « Final cut!
  3. Voir les trois courts-métrages qui fait le lien entre la période de 2019, où se déroule l’action du premier, et 2049, où se passe l’action du prochain film.  Vous pouvez les regarder ici.

Voilà, après cela, votre préparation est terminée, bon film!

Crinqué de Kessé? épisode 3 : Simon Pothier, crinqué de dessins

Bienvenue à notre chronique Crinqué de Kessé?

Sylvain « The Animator » Bureau reçoit dans le studio du Podcast des Crinqués des passionné(e)s qui nous parlent de ce qui les anime.

Pour l’épisode 3, c’est Simon Pothier qui nous parle de dessins et du Fantasticon.

Épisode 33 – La SF pour les nuls

 

 

 

 

Salut les Crinqués,

Voici l’épisode 33 consacré à la Science-Fiction pour les nuls!

Nous parlerons de la SF dans la culture geek et populaire.

Nous avons un invité de prestige, pour sa première en entrevue canadienne,  Denis Bajram nous parle de SF et d’UW1!

On termine avec ce qui nous allume et nous éteint!

Bonne écoute!

Crinqué de Kessé? épisode 2 : Daniel Gagné crinqué de vinyles

Bienvenue à notre chronique Crinqué de Kessé?

Sylvain « The Animator » Bureau reçoit dans le studio du Podcast des Crinqués des passionné(e)s qui nous parlent de ce qui les anime.

Pour l’épisode 2, c’est Daniel Gagné qui nous parle de vinyles!

Épisode 32 – La bière!

Salut les Crinqués,  

D’une bonne cervoise tiède en passant par une lager Steenfort ou un bock pression à la brasserie Chez Stan, la bière est bien présente dans la culture geek et populaire.

L’épisode 32 est consacré à la boisson du peuple!

Nous avons eu un invité de marque qui s’y connait bien en bière et qui est venu nous jaser du Bière FestChristian Duchesne.

On termine avec ce qui nous allume et nous éteint!

Ready Player One, le livre de la génération X

Quand j’étais petit, il y a fort longtemps, je voulais être astronaute. J’ai vite compris que je n’avais ni le talent, ni l’intelligence pour aller dans l’espace! J’ai également toujours voulu écrire, mais là encore, la vie ne pas pourvu de cette habileté. En fait, je ne suis pas venu au monde avec un talent particulier mais bien avec plusieurs que j’ai développé tout au long de ma vie. Je n’étais pas prédestiné à devenir technicien en documentation, mais j’ai vite compris que les livres allaient me donner les outils nécessaires pour faire de mes petits talents la base de ma carrière!
Je suis un enfant des années 80, un pur produit de la génération X. J’ai vécu ces années avec passion et évermeillement. J’en suis encore amoureux d’ailleurs! Amoureux de la musique, des films, des jeux, bref de tout. Ces années qui ont vu l’explosion de la technologie sont, à mon avis, les racines de la culture geek. Aujourd’hui, plus que jamais, les années 80 sont présentes dans les films, les jeux, les séries, les romans, les BD et j’en passe. Les jeunes d’aujourd’hui s’intéressent de plus en plus à ces années bénies.
En 2011, un type, comme moi, à publié un livre du nom de Ready Player One. Deux ans plus tard, soit en 2013, le livre fût traduit en français. J’avais entendu parler de ce livre. La critique en disait le plus grand bien. On parlait d’un livre culte, d’un hommage grandiose aux années 80. Un livre précurseur qui parlait de la réalité virtuelle comme aucun n’en avait parlé avant. On le qualifia de Saint Graal de la culture geek! Vous pouvez deviner que j’avais hâte de pouvoir mettre la main dessus pour le lire! C’est arrivé en mars 2013. Le 10 pour être précis, je m’en rappelle très bien. Le 11, j’avais dévoré les 400 pages du livre et j’étais sous le choc! Le choc d’avoir un livre qui définit si bien ce qu’est la culture geek. Le choc d’un livre qui a été écrit par un type comme moi, qui a vécu les mêmes années que moi et qui les aime comme moi. Le choc de m’avoir senti tellement absorbé que j’ai eu l’impression que l’auteur était venu jouer dans mes souvenirs d’enfance!
Ernest Cline a écrit le livre d’une génération, ma génération! C’est un condensé de références aux années 80 mit dans un contexte dystopique et futuriste qui démontre précisément ce qu’est une partie de la culture geek d’aujourd’hui. Une culture qui carbure à la nostalgie tout en se tournant vers les technologies de demain. L’histoire tourne autour d’un génial créateur de jeu qui, avec l’aide de son meilleur ami, a créé un système de jeu dans un monde virtuel, l’OASIS. Un monde qui permet à l’humanité de s’échapper de la triste réalité pour se plonger dans un univers virtuel où tout est permis. Ce créateur, asociale, seul et troublé, meurt au tout début de l’histoire. Sans héritier, il laisse son immense fortune à celui qui pourra trouver un œuf de Pâques caché dans l’OASIS. Pour ce faire, il laisse un indice pour trouver trois clés qui pourront ouvrir trois portails qui mèneront à l’oeuf! Ce personnage, qui lui aussi est un enfant des années 80, développa une immense nostalgie pour ces années et son dernier jeu, celui pour trouver l’oeuf, sera teinté de cette nostalgie. Tout y passe, jeux, films, musique, séries télévisées, jouets, etc.
Tous les utilisateurs de l’OASIS vont devenir joueur mais certains, les plus crinqués, vont devenir de vrai geek des années 80! Ils vont étudier tout ce que le créateur a fait, a jouer, a développer, a écouter, a lu lors de sa jeunesse pour essayer de trouver l’oeuf. Chaque chapitre est comme un niveau et plus le niveau monte, plus la course à l’oeuf devient intense. La réalité et le virtuel vont se mélanger et leurs frontières seront de plus en plus reliés. Les joueurs, seront portés à réaliser plusieurs épreuves pour trouver les indices vers l’oeuf et la fortune. Science-fiction, fantasy, horreur, amour, suspense, tous les styles sont présents dans ce roman. Chaque personnage est bien développé et le lecteur peut facilement se retrouver un peu dans chacun! Très descriptif, l’auteur décrit très bien les mondes, tant réel que virtuel.
Je n’ai jamais été capable d’écrire, j’en ai pas le talent comme je le disais plus haut, mais ce livre, j’aurais aimé l’écrire! J’aurais aimé l’écrire parce que c’est une partie de moi qui s’y trouve. C’est une partie de ma personnalité qui est dedans. C’est mes souvenirs qui y sont décrits. Bien que je connaisse aucunement Ernest Cline et que les chances de le rencontrer un jour sont pratiquement inexistantes, j’ai l’impression qu’il est mon ami, mon compagnon de jeux. Lui est le mage, moi je suis le guerrier!
Alors, quand vous irez chercher ce livre à votre librairie ou votre bibliothèque, je sais que vous allez le faire, et que vous commencerez à le lire, trois mots seront à jamais inscrits dans vos souvenirs, Ready Player One?
Player One, Ernest Cline, M. Laffont, 2013, 27.95$